Le Secret du Haut Béarn - 2017

Catalogue BnF

9791091179096

 

 

Présentation

L’histoire du Haut Béarn à travers les péripéties d’un roman policier.

 

Résumé

Roman qui se déroule à travers mille ans de l'histoire du Haut Béarn.

Tout commence par un meurtre à Oloron-Sainte-Marie. La recherche de l'énigme nous ramènera successivement à Gaston IV le Croisé et l’implication des béarnais dans la première croisade à Jérusalem, aux Radeleurs du chemin de la Mâture qui descendaient les troncs sur le gave, et aux Brouches du Béarn, farouches gardiennes d’un trésor mystérieux.

C'est finalement le long du gave d'Oloron et dans le bois du Bager que le suspense sera dévoilé, grâce à l’implication des habitants de Saucède.

 

4ème de couverture :

De la première croisade en Terre Sainte, Gaston IV, vicomte du Béarn, va ramener en ses terres un mystérieux objet ayant le pouvoir de vaincre.

A travers les âges et les guerres, des hommes vont tenter de s’en emparer à tout prix.

Un corps flottant dans le gave d’Oloron sera le départ d’une enquête palpitante où Arthur Leberre va être confronté au poids de l’histoire et aux Brouches, des femmes guerrières gardiennes de ce terrible secret.

La paix sera-t-elle préservée ?

 

Extrait du livre :

C’était l’entre-deux, ce moment qui n’est plus la nuit et pas encore le jour. L’homme titubait,  il arrivait du Jardin public. Le Gave d’Aspe était boueux, marron, fort de la puissance de ses eaux. Le brouillard intense et l’humidité régnante n’aidaient pas à penser que c’était une belle journée qui commençait. Il se retint plusieurs fois à la rambarde du pont Sainte Claire pour ne pas tomber. Le chien, un roquet noir avec le dessous de la gueule blanc et un vilain poil, sautillait, tournant autour de son maitre pour attirer son attention. L’homme sombre, comme seule réponse, lui balança un coup de pied qui n’atteint que le vide, au risque de s’écrouler dans le caniveau.

Des galets se cognaient emportés par les flots tumultueux de la rivière dans un sourd grondement inquiétant. Les maisons hautaines comme de vieilles duchesses, fatiguées par le poids des ans, se collaient les unes aux autres surplombant les rives, adossées à la colline. Elles dormaient, sans lumière, en silence. Aucune voiture ne passait, il faisait froid. Les arbres sans feuilles, gris, blanchis par le givre ne faisaient qu’augmenter la désolation de cette petite sous-préfecture du fin fond du pays. C’était une ville sans histoire, sans prétention, elle attendait juste que les jours passent en tentant de ne pas faire de vague à travers l’histoire.

L’homme et le chien passèrent devant le tribunal, masse inquiétante dans la brume. Ils descendirent la petite rue pour rejoindre l’autre pont où Manet avait peint un tableau un siècle plus tôt, en tout cas il y avait longtemps, l’esprit de l’homme ne s’en souvenait plus. Les vapeurs d’alcool ne s’évaporeraient pas avant de longues heures. Un volet claqua, puis un deuxième, un autre répondit plus haut vers la rue Palassou.

Le chien sauta sur le muret du pont et se mit à le traverser prestement. Il aimait ce frisson que donne le danger. Son œil fixa un tas de tissus qui passait sous le pont, sur les hautes eaux du gave d’Ossau. La veste en croix flottait mal. Le chien de son regard avisé se dit que ce n’était pas un simple tas de chiffon, il aboya. Son maitre fit une embardée à ce moment là et vivement l’animal sauta sur la route pour essayer de le ramener dans le droit chemin....

 

 

Articles de presse :

 

Zonelivre-logo-2017-1

Zonelivre.fr
Interview du 11 février 2018

 

Nous avons rencontré Jean Capdevielle à l’occasion de la sortie de son “Le secret du Haut-Béarn” paru en novembre 2017 aux éditions Osolasba :

Jean CapdevielleJérôme PEUGNEZ : Bonjour Jean CAPDEVIELLE, pouvez-vous me décrire en quelques mots votre parcours ?

Jean CAPDEVIELLE : C’est un parcours atypique qui me caractérise, je n’ai pas fais exprès de le suivre pourtant je l’ai vécu. L’histoire commence en ramant et en marchant. Vers dix huit ans, je me découvre des passions pour la montagne et les rivières, et je commence à arpenter la planète : France, puis Espagne, en passant par l’Amérique et l’Afrique. Peu à peu, le monde et ses hommes se dévoilent devant mes yeux. Plus tard, je continue vers la mer, le désert et les volcans et ce sera le grand Nord qui finira d’ouvrir mon regard sur la vie. Tour à tour sportif de haut niveau, kayakiste, guide de rivière, pionnier du raft, aventurier, montagnard, photographe, bâtisseur, ce sont les occasions de la vie que j’ai saisi qui ont fait de moi un écrivain.

JP : Comment vous est venue l’envie d’écrire ? A quelle période ?

JC : Enfant, je me cachais sous les couvertures pour avaler les livres que je trouvais. Adolescent, j’aimais écrire des histoires, c’était des moments de plénitude rare où je trouvais un équilibre, et mon imagination pouvait travailler sans se donner de barrière, ce qui est devenu un luxe. Au cours de mes différents voyages, l’envie de partager mes expériences avec les autres s’est fait sentir et il est devenu tout naturel d’utiliser la photo et les mots pour essayer de faire comprendre les multiples facettes de la vie hors de chez nous....

La suite ICI sur Polar.Zonelivre.fr

IMGweb

 

 

La République des Pyrénées
6 décembre 2017

 

 

 

 

 

 

 

  

jean-capdevielle-signe-avec-ce-roman-son-14e-ouvrage-dont-laction-se-situe-en-haut-bearn


Sud-Ouest - 3 janvier 2018

 

L’auteur Jean Capdevielle publiait, en novembre dernier, son


Sud-Ouest - 3 janvier 2018

 

L’auteur Jean Capdevielle publiait, en novembre dernier, son nouvel ouvrage. Un récit qui mêle l’histoire et le présent d’Oloron et du Haut Béarn

C’est après quatre années qu’il aura dédiées à son écriture que Jean Capdevielle dévoilait, en fin d’année dernière, le titre de son nouveau roman, intitulé « Le Secret du Haut Béarn ». Une fois n’est pas coutume, il s’est largement inspiré des paysages du Haut Béarn, de son histoire et de l’actualité pour construire son intrigue. « Je cherche juste à attirer l’attention sur ces éléments d’histoire de cette région, les faire ressortir de l’oubli », justifie l’auteur. Un roman qui, tout en restant sur les berges du gave jusqu’à nous mener vers la forêt du Bager, nous fait traverser mille ans d’histoire.

Pourtant, c’est bien au XXIe siècle que commence l’intrigue de ce nouveau livre. Arthur Leberre, le personnage principal, enquête sur un meurtre, après la découverte d’un corps flottant dans le gave d’Oloron. C’est alors qu’il se retrouve confronté à l’histoire d’un objet magique, gardé secrètement par des femmes, des brouches (sorcières en béarnais), depuis plus de mille ans.

D’Oloron à Jérusalem

Un objet ramené par le vicomte Gaston IV le Croisé, au centre des convoitises des hommes depuis de nombreuses années, et dont le parcours est au cœur de l’intrigue. « Je voulais mettre en avant l’histoir

nouvel ouvrage. Un récit qui mêle l’histoire et le présent d’Oloron et du Haut Béarn

C’est après quatre années qu’il aura dédiées à son écriture que Jean Capdevielle dévoilait, en fin d’année dernière, le titre de son nouveau roman, intitulé « Le Secret du Haut Béarn ». Une fois n’est pas coutume, il s’est largement inspiré des paysages du Haut Béarn, de son histoire et de l’actualité pour construire son intrigue. « Je cherche juste à attirer l’attention sur ces éléments d’histoire de cette région, les faire ressortir de l’oubli », justifie l’auteur. Un roman qui, tout en restant sur les berges du gave jusqu’à nous mener vers la forêt du Bager, nous fait traverser mille ans d’histoire.

Pourtant, c’est bien au XXIe siècle que commence l’intrigue de ce nouveau livre. Arthur Leberre, le personnage principal, enquête sur un meurtre, après la découverte d’un corps flottant dans le gave d’Oloron. C’est alors qu’il se retrouve confronté à l’histoire d’un objet magique, gardé secrètement par des femmes, des brouches (sorcières en béarnais), depuis plus de mille ans.

D’Oloron à Jérusalem

Un objet ramené par le vicomte Gaston IV le Croisé, au centre des convoitises des hommes depuis de nombreuses années, et dont le parcours est au cœur de l’intrigue. « Je voulais mettre en avant l’histoire réelle d’Oloron et ses habitants, explique l’auteur. L’histoire se déroule à Oloron et sa région, jusqu’à Jerusalem, avec Gaston IV le Croisé, dont la trace, pourtant souvent méconnue, est très importante, de la cathédrale Sainte-Marie à l’église Sainte-Croix, ou encore lorsque l’on parle de la commanderie de Saint-Christau. C’est fabuleux de voir qu’on ne le connaît pas, lui dont le nom est transformé. Je me suis servi de son personnage, afin de le faire revenir au premier plan. »

Histoire et fiction

Car voici l’ambition de l’auteur, qui signe là son quatrième roman, teinté de clins d’œil à l’actualité. On y découvre notamment le métier des radeleurs, indispensables professionnels de la vallée d’Aspe qui œuvraient pour la construction des mâts de bateau dans les Pyrénées, en remontant les troncs le long du gave. Un métier dont l’auteur s’est appliqué à retracer l’histoire. « J’aime m’amuser à écrire et à toucher un peu à tout, sans être historien. L’histoire du Haut Béarn est riche et fabuleuse, mais pas assez connue par les gens. J’ai pris beaucoup de plaisir à traiter de la place des femmes dans le Béarn, avec les brouches, mais aussi des histoires de vie exceptionnelles des radeleurs : je connais très bien le gave, ce qui donne de la force à ce que je raconte, car cela aurait pu se passer ainsi », souligne l’auteur, ancien kayakiste, qui compte désormais 14 livres à son actif. L’ouvrage est d’ores et déjà disponible en librairie.

"Le Secret du Haut Béarn", aux éditions Osolasba, 18 euros. Renseignements complémentaires sur le site Internet www.jeancapdevielle.com

Le_Haut_Bearn_au_coeur_de_sa_nouvelle_intrigue___Sud_Ouest

 

 


14 juin 2015

Traversée de la Manche en kayak avec Jean-Claude, non voyant - 2013

    Traversée de la Manche en kayak   Jean-Claude et Jean : L'histoire d'une amitié qui se construit et d'une confiance qui se gagneentre 2 sportifs aguerris, l'un voyant, l'autre non ...   Nos destins se sont liés un joli jour du mois d’Août près des Sept îles en Bretagne l’an dernier, après un simple regard. C’est moi qui ai commencé, il passait devant ma tente et j’ai cru avoir une brillante idée en disant « je voudrais bien naviguer avec toi ». Mais la décision de venir pagayer avec moi ne fut... [Lire la suite]
Posté par Jean Capdevielle à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,