1200px_Saucede_001Présentation du village de

Saucède

Saucède est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Saucède se partage en deux parties bien distinctes. Le village rue, bâti sur un méandre du gave d'Oloron au niveau de sa confluence avec le ruisseau l’Auronce, et un habitat éclaté occupant l’espace entre Lucq-de-Béarn et Poey-d'Oloron. Saucède était un lieu de franchissement du gave, par une "nau" (bac) attestée depuis au moins le XVe siècle. Les premières mentions et graphies anciennes mentionnent "villam de Sauceta" (Xe siècle) et Salceta, (1114) dans le cartulaire de l'abbaye de Lucq-de-Béarn. Saucède (1420). En 1385 on dénombrait 25 maisons habitées dont l'abbaye laïque et 3 maisons vides

Bâti au confluent du gave et de l’Auronce, le village de Saucède se prêtait à la construction de moulins. Le cartulaire de Lucq, en mentionne déjà un, bâti sur le gave par l’abbé de Lucq au XIe ou au XIIe siècle, "molendinum in villa quae vocatur Sauceta". En 1365, l’abbaye Saint-Vincent de Lucq possède à Saucède un ou des moulins, une "nasse", sans doute un piège à truites et à saumons ainsi qu’un "pesquer" ou bassin permettant de les conserver. En 1529, l'abbaye déclare se réserver les « pexs deus pesquers » de Saucède. En 1476, l’abbaye octroie à Menaud de Bartes, le droit de construire un moulin « batan et arresec » soit un foulon et une scierie, sur l’Auronce "au-dessus du pont de pierre". Ce pont existe toujours au milieu du village et les restes du moulin du XVe siècle en très bel appareil de pierre, sont encore visibles.

Saucède est un passage emprunté par les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle venant de Lucq de Béarn et se dirigeant vers l’Hôpital-Saint-Blaise. Côté personnage célèbre, il faut noter que Saucède fut le pays de Jean-Arnaud de Peyrer, Comte de Treville, Capitaine des Mousquetaires, petit-fils de Peyroton de Peyrer ‘‘maesté d’obres’’, maître d’oeuvre (architecte).

 

Etat du pont en 2016

Tout a démarré le jour où Jean Capdevielle, kayakiste, auteur et éditeur, s’est arrêté au niveau du pont du gave d’Oloron. “Je me suis rendu compte que la pile était en très mauvais état. Personne ne s’en était aperçu car une digue de 5 mètres se trouve juste au-dessus. J’ai prévenu le propriétaire, Steve, un Anglais. Comme c’est un pont de moulin privé qui n’est pas classé, nous avons décidé de nous retrousser les manches. Steve a fait appel à une quinzaine d’amis anglo-saxons et moi à une quinzaine d’amis français”.Diapositive01

Diapositive02

 

Travaux de rénovation octobre 2016

Diapositive03L’opération s’est déroulée de mi-septembre 2016 jusqu’au 8 octobre, jour de l’inauguration.

Diapositive04

Diapositive05

 

Diapositive06

Diapositive07

Diapositive08

Diapositive09

Diapositive10

 

 

 

 

 

 

 

Diapositive11

Diapositive12

Diapositive13

Diapositive14

Diapositive15

 Diapositive17

Diapositive18

Diapositive19

Diapositive20

 

Diapositive23

Diapositive24

Diapositive25

 

 

 

 

 

 

 

Diapositive26

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diapositive29

 

 

 

 

 

Diapositive28

Diapositive30

Diapositive31

Diapositive32

Diapositive33

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diapositive34

 

Diapositive35

 

Diapositive36

 

Diapositive37

 

Diapositive38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diapositive39

Diapositive40

Diapositive41

Diapositive42

Diapositive43

 

Diapositive44

Diapositive45

Diapositive46

Diapositive47

Diapositive48

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diapositive49

 

Diapositive50

 

Diapositive51

 

Diapositive52

 

Diapositive53

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diapositive54

 

Diapositive55

 

Diapositive56

 

Diapositive57

 

Diapositive58

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diapositive59

 

Diapositive60

 

Diapositive61

 

 

 

Articles dans la presse

Le pont de Saucède, du XVe siècle, vient d’être restauré par une équipe de riverains passionnés. Ce pont, c’est l’emblème de Saucède, un petit village du Béarn coincé entre Navarrenx et Oloron-Sainte-Marie. Tout a démarré le jour où Jean Capdevielle, kayakiste, auteur et éditeur, s’est arrêté au niveau du pont du gave d’Oloron. “Je me suis rendu compte que la pile était en très mauvais état. Personne ne s’en était aperçu car une digue de 5 mètres se trouve juste au-dessus. J’ai prévenu le propriétaire, Steve, un Anglais. Comme c’est un pont de moulin privé qui n’est pas classé, nous avons décidé de nous retrousser les manches. Steve a fait appel à une quinzaine d’amis anglo-saxons et moi à une quinzaine d’amis français”. Pour faire un match de rugby ? Pour restaurer bien sûr ce vieil ouvrage d’art au bel appareil en pierres apparentes.

L’opération s’est déroulée de mi-septembre 2016 jusqu’au 8 octobre, jour de l’inauguration. “Nous avons eu l’autorisation de l’administration de travailler sur une voie d’eau. Nous avons rouvert les anciennes vannes du moulin pour déboucher un bassin de rétention”, explique Jean Capdevielle. “Aucune machine importante n'a été utilisée, excepté des perceuses et la bétonnière. Steve faisait le ciment en haut. Il en a utilisé 80 sacs. Et nous avons fait passer 22 tonnes de béton dans son salon ! Cette restauration a eu lieu dans une belle ambiance et a permis de créer du lien social et de fédérer une bonne partie du village”.

Voilà à quoi servent les ponts...

Pyrénées Magazine