Traversée de la Manche en kayak

 

15107286_10211437301827996_1323978214921348888_n

Jean-Claude et Jean :

L'histoire d'une amitié qui se construit
et d'une confiance qui se gagne
entre 2 sportifs aguerris,
l'un voyant, l'autre non ...

 

15170944_10211437302068002_82461814890694308_n

53899

Nos destins se sont liés un joli jour du mois d’Août près des Sept îles en Bretagne l’an dernier, après un simple regard. C’est moi qui ai commencé, il passait devant ma tente et j’ai cru avoir une brillante idée en disant « je voudrais bien naviguer avec toi ». Mais la décision de venir pagayer avec moi ne fut pas si simple. Ils avaient prévu d’aller visiter un sémaphore et Jean-Claude a horreur de faire le contraire de ce qu’il dit. Annuler au dernier moment n’était pas vraiment son genre mais il avait lu mon livre, était venu à mes petits bouts de conférence et avec mes voyages au long cours je crois bien que je lui ai donné envie de me rencontrer sans m’en rendre compte.

Comme il le dit si bien il faut savoir saisir les opportunités qui se présentent. C’est ce qu’il a fait le bougre. La réponse a été concise même si elle s’est faite attendre une heure « d’accord mais je viens en kayak monoplace et tu me guides ». Il m’avait coincé et c’est moi qui étais en difficulté, devant cette volonté qui m’en imposait. Après avoir évalué la situation, une mer calme et du monde pour nous aider, j’ai cédé. Il venait d’entrer en force dans ma vie, je ne pouvais refuser. « c’est d’accord, nous essayons »...

 15085734_10211437366069602_6778949462364140127_n

15094881_10211437366509613_3179721341414921290_n

15171012_10211437322708518_1269569314118074327_n

Il m’a mis dans le bain tout de suite. Dès qu’il a mis le pied à terre pour sortir de la voiture, je suis devenu ses yeux. Pour moi, c’était nouveau, il fallait tout indiquer, j’en faisais peut être même trop. « Attention au trottoir, il faut contourner la barrière, attention on descend vers l’eau et avec la mousse ça glisse ». Enfin on est entrés dans nos embarcations respectives. Je me suis rendu compte que s'il ne voyait pas, il avait quand même une vraie autonomie et qu’il ne fallait pas confondre aide et assistance...

 15073387_10211437362349509_2727493612140330336_n« Comment on fait ? Que dois-je te dire ? » Nous restons un peu en silence, eh oui, c’est quoi le mode d’emploi ?

Jean-Claude m’explique : « Première règle, il faut faire du bruit » Simple mais pourtant pas toujours aussi évident qu’il y parait et oui, je suis plutôt du genre à passer des heures en silence mais je vais faire un effort.

Ensuite nous mettons au point des instructions sans équivoque. « A droite, à gauche, c’est bon viens vers moi, passe sur mon côté gauche, côté droit, stop, recule. Attention il y a un caillou, des vagues, etc »… Le ton de ma voix donne la vitesse d’exécution des instructions auxquelles il doit répondre. Plus je crie, plus il doit réagir, c’est simple en théorie, et en pratique la sauce a pris en très peu de temps...

 

15094929_10211437437271382_1893376285370579078_n

Lors d’un passage dans des récifs, il me demande de l’amener suffisamment près pour passer les mains dessus, pour les caresser, pour être en contact physique avec eux. Je comprends que de rajouter le toucher à son ouïe lui permet de se faire une image plus précise de son environnement, dans ce cas-là, la texture du rocher.

Bien sûr avec la mer qui bouge même si elle n’est pas violente c’est un petit peu mission impossible mais je trouve un endroit suffisamment abrité pour qu’il puisse palper les blocs qui nous entourent.

Après une approche compliquée il peut enfin se faire une image du relief qui nous entoure grâce au contact direct de la roche sur ses mains...

 

15178125_10211437357389385_1327038024088234288_n

Il ne me distingue pas mais il me ressent et sait où je me trouve pratiquement tout le temps sans même le son de ma voix. Certains diraient qu’il voit mon aura, d’autres que c’est grâce aux ondes-électro magnétiques dégagées par nos corps respectifs. Tant qu’il n’y a pas d’éléments perturbateurs tels que bruit soudain, mouvement d’eau inattendu, bateau qui se met entre nous, ça marche. Je suis très étonné par cette discussion surtout que j’avais le même type de sensation que lui sans pouvoir mettre de mots dessus. Je me rends compte que je savais également où il était la plupart du temps sans même le voir. Il se sentait aspiré vers moi comme entre deux vélos...

 

 15095084_10211437360549464_2369045003217683585_n

La vraie décision doit être prise maintenant, une heure que nous naviguons, tout se passe bien. Mais maintenant c’est comme un peu se jeter dans le vide, soit nous faisons demi-tour et renonçons soit nous filons en avant, toujours plus en avant en sachant pertinemment que je ne verrai rien devant moi, juste l’aiguille du compas et la mer. Je scrute les visages ils sont sereins. Je leur demande, On y va ? Il y a un petit silence, c’est un moment important. La décision est prise et ils me suivent tous.
Jean-Claude se dirige au tintement de mes clochettes et de ma voix. Il est escorté de Tatiana, de Jean-Pol et d’Hervé. Nous y sommes pour de vrai, les faux semblants ici n’ont plus court... l'aventure commence...

 

Extraits du livre de Jean Capdevielle et Jean-Claude Biraud :
La Manche en Travers - Ed Osolasba

 

Medias :

La République des Pyrénées - avril 2013

France Info - mai 2013

20minutes Rennes - mai 2013

Ouest France - mai 2013

Traversée de la manche en Kayak

Traversée kayak Jersey St Malo jean claude biraud / jean capdevielle

Jean-Claude BIRAUD, sportif de haut niveau, kinésithérapeute pendant 40 ans, est à l'origine de la "méthode Biraud", ou réalignement postural homéostasiologie. Cette méthode holistique, novatrice et évolutive permet de prendre en charge des pathologies extrêmement variées, dans des domaines très différents.

 

 

 Jean Capdevielle, Haut-Béarn, Jean, Capdevielle, Jean-Claude Biraud, Biraud, kiné, traversée, aventure, manche, kayak, mer, handicap, Osolasba, Saint Malon, Jersey,  Jean Capdevielle, Haut-Béarn, Jean, Capdevielle, Jean-Claude Biraud, Biraud, kiné, traversée, aventure, manche, kayak, mer, handicap, Osolasba, Saint Malon, Jersey,  Jean Capdevielle, Haut-Béarn, Jean, Capdevielle, Jean-Claude Biraud, Biraud, kiné, traversée, aventure, manche, kayak,Jean Capdevielle, Haut-Béarn, Jean, Capdevielle, Jean-Claude Biraud, Biraud, kiné, traversée, aventure, manche, kayak, mer, handicap, Osolasba, Saint Malon, Jersey, mer, handicap, Osolasba, Saint Malon, Jersey,  Jean Capdevielle, Haut-Béarn, Jean, Capdevielle, Jean-Claude Biraud, Biraud, kiné, traversée, aventure, manche, kayak, mer, handicap, Osolasba, Saint Malon, Jersey, Jean Capdevielle, Haut-Béarn, Jean, Capdevielle, Jean-Claude Biraud, Biraud, kiné, traversée, aventure, manche, kayak, mer, handicap, Osolasba, Saint Malon, Jersey, Jean Capdevielle, Haut-Béarn, Jean, Capdevielle, Jean-Claude Biraud, Biraud, kiné, traversée, aventure, manche, kayak, mer, handicap, Osolasba, Saint Malon, Jersey, Jean Capdevielle, Haut-Béarn, Jean, Capdevielle, Jean-Claude Biraud, Biraud, kiné, traversée, aventure, manche, kayak, mer, handicap, Osolasba, Saint Malon, Jersey, Jean Capdevielle, Haut-Béarn, Jean, Capdevielle, Jean-Claude Biraud, Biraud, kiné, traversée, aventure, manche, kayak, mer, handicap, Osolasba, Saint Malon, Jersey, Jean Capdevielle, Haut-Béarn, Jean, Capdevielle, Jean-Claude Biraud, Biraud, kiné, traversée, aventure, manche, kayak, mer, handicap, Osolasba, Saint Malon, Jersey,