Catalogue BnF

ours brun

4ème de couverture :

Le petit passereau leur parlait du plus grand ours des Pyrénées. Un ours énorme, venu d'une époque où les hommes n'avaient pas encore colonisé les montagnes, d'une époque où les animaux sauvages étaient les maitres des vallées.

 

Extrait du livre :

Doué d’une force terrible, magique, c’est un être solitaire, le dernier de son espèce. Il a traversé les âges sans que le poids des années pèse sur lui. Il a connu le temps des dragons, des elfes, celui des chevaliers. Son corps exhale une lueur douce mais quand le temps du combat arrive elle devient une armure éblouissante. Elle l’entoure, le protège et le rend invincible depuis la nuit des temps.

Son cri, plus puissant que le tonnerre, peut transpercer les plus hautes montagnes, peu de générations d’homme l’ont entendu. Il rugit quand l’heure est grave. D’un seul coup de patte, il est capable d’abattre le plus robuste des chênes, telle la plus forte des tempêtes. Dans sa colère, il déclenche et contrôle la foudre, brûlant tout ce qui s’oppose à lui. Sa magie est puissante, ceux qui ont croisé son chemin par hasard ont cru voir un sanglier, ceux qui l’ont appelé à leur secours le voient dans toute la splendeur de sa force et de sa puissance brute venir à leur aide.

Il passe son temps avec les plantes et les autres animaux. Il les caresse, les protège.

Il se bat quand on met en danger l’amour.
Détesté par certains, adoré par d’autres, il hante les vallées du Haut Béarn, il s’appelle Lesterorlutz.
C’est un être de lumière.

Cependant, un jour, une petite créature qui se trouvait sur le bord de son chemin lui passa les bras autour du cou sans même lui demander sa permission. Elle le regarda droit dans les yeux, sans peur, et s’installa confortablement dans ses pattes, semblant prête à s’endormir. Surpris, il la contempla, attendri, pourtant d’un coup de griffe ou d’un cri, il l’aurait tué sans le moindre remord, elle était fille de ses pires ennemis....